MILO DIAS

Outsider

Né en 1945

Je commence par du modelage avec tout une série de petites têtes qui oscillent entre caricature, recherche psychologique, ou critique sociale. Ces petites têtes deviennent bientôt des personnages sur pieds, où l’accent continue d’être porté de façon prioritaire sur les expressions du visage. Ces personnages sont bientôt accompagnés par un contexte, avec des machines extravagantes construites à partir de matériaux de récupération.

Cette série faite en 1996 marque un tournant, par l’introduction du hasard et de l’extravagance dans mon travail. Je m’éloigne alors du modelage pour me laisser porter par l’imaginaire qui résulte de l’assemblage de bois avec d’autres matériaux trouvés de façon fortuite. S’ensuivent alors plusieurs séries de drôles d’oiseaux, d’animaux à forme humaine, de danseurs diaboliques, ou d’autres personnages hybrides… De figuratives, les sculptures basculent alors dans ce qu’on appelle l’Art Singulier.

S’il y a un fil conducteur entre toutes ces œuvres, c’est l’être humain, avec ces tics et ces grimaces, et son désarroi profond face à une destinée qui se promène entre le tragique et le comique. Le regard qui est porté sur cette humanité oscille entre l’humour et le sarcasme, avec un recul qui se veut le plus souvent critique face à tant de bêtise ou de prétention.