CATHERINE DUPIRE

Outsider

Né en 1949 à Lille

Son enfance se déroule entre la Belgique – où elle fut pensionnaire à Mouscron, au Pensionnat de l’enfant Jésus dès l’âge de quatre ans et demi – le Nord et Paris. L’absence répétée d’une mère trop absorbée par sa vie artistique l’amène très tôt à se passionner pour les arts plastiques et la littérature. Elle s’occupe de relations publiques à Paris puis écrit dans un journal local de l’Isère et devient pendant très peu de temps l’assistante d’un chirurgien osseux à Dijon. Elle séjourne dans des colonies d’artistes en ex-Yougoslavie puis sur l’île de Zakynthos, en Grèce et aussi en Afrique. C’est à partir de 1985 qu’elle se consacre à plein temps aux arts plastiques et devient chroniqueuse sur une radio locale à Dijon, ce qui lui a permis de défendre le travail de jeunes artistes dont, à l’époque, Yan Pei Ming.

Ce qui caractérise l’univers de Catherine Dupire, c’est l’aspect gestuel et spontané de ses créations. Son univers foisonnant met en scène des personnages loquaces – portraits ou autoportraits – composés d’éclats de couleurs qui parsèment toiles et dessins. Ses compositions sont émaillées de phrases ou de titres sur le mode interrogatif ou exclamatif. L’écriture représente un élément important dans son mode d’expression ; elle vient en quelque sorte corroborer ou compléter le champ pictural. Catherine Dupire pratique l’huile sur toile et, pour ses œuvres graphiques, utilise l’encre de Chine et le collage. Elle a réalisé des sculptures, des totems en bois peint et a également peint du mobilier et de la porcelaine. Parmi les différentes séries qu’elle a réalisées, l’une d’elle est consacrée aux Sept Péchés capitaux.

Catherine Dupire réside à Saint-Yrieix la Perche, en Haute-Vienne après avoir vécu quinze ans dans le midi de la France. Son œuvre est présente au Musée International d’Art Naïf Anatole Jakovsky à Nice et à La Fabuloserie à Dicy.