YAN PEI MING

Peintre

Né en 1960

Rendu célèbre par ses portraits de Mao traités en grisaille sur de grands formats traduisant avec fougue les traits de ses modèles, l'artiste décrit sa pratique de la peinture comme « une attaque, une détermination qui a un sens à la fois spirituel, moral mais aussi critique ». Pensionnaire à la Villa Médicis en 1993, il va alors concevoir une œuvre monumentale, s'inspirant d'un conte chinois, Les 108 brigands, composé des portraits de son entourage à Rome et des visiteurs qu'il a reçus. C'est ainsi qu'il mêle avec talent l'histoire et l'actualité.

La réduction de la palette colorées (du noir au blanc en passant par le gris voir vermillon, la couleur porte bonheur) sert magnifiquement une véritable mise en abîme de la touche picturale. La gestualité faussement spontanée, les coulures, le repentir, voire les évocations de la peinture académique chinoise, ont pour unique fonction de laisser flotter le motif, de lui ôter toute pesanteur. Que ce soit le portrait de Mao qui l'on fait connaitre, ceux de Bruce Lee ou de son oncle aveugle, de petits soudanais ou encore la longue série d'autoportraits.