GERMAIN VAN DER STEEN

Peintre

Né à Versailles en 1897

Vrai parisien, en dépit des consonances flamandes de son nom, issu d'une famille installée depuis des générations dans la capitale. Le jeune homme, expatrié très tôt en Angleterre, en reviendra dûment diplômé d'Oxford. Mobilisé durant la première guerre mondiale, gazé, il revient à la vie civile pour ouvrir une boutique de couleurs et de produits d'entretien. Pour tromper ses insomnies, il se met à peindre les songes que le sommeil ne lui offre plus. Il peint la nuit les oiseaux et les chats d'un bestiaire fantasmatique, tout en continuant à gérer durant le jour sa droguerie du quartier de l'Etoile. A plus de quatre-vingts ans, retraité, il continue à manier pastel et pinceaux.

Les oeuvres de Germain Van Der Steen s'imposent d'emblée par la puissance du dessin et la qualité des couleurs, qui le classent à part dans l'art des naifs. Sans essayer de définir les différentes périodes qui jalonnent sa production, contentons-nous de retenir les multiples images de chats qu'il décrit, esquisse, anime à chaque nouveau tableau; chats lyriques ou bouffons, félins sages ou insolites, animaux de fiction plus vrais que la réalité.

La violence du coloris et le dynamisme de la ligne ont souvent conduit Germain Van der Steen en dehors des sentiers fréquentés par les naifs se réclamant d'un art plus conventionnel. Depuis 1946, Germain Van der Steen a présenté quatorze expositions particulières et participé à des manifestations collectives en France, en Belgique, en Suisse, aux Pays-bas, en Italie, en Autriche, en Allemagne, en Yougoslavie, aux Etats-Unis, au Brésil ainsi qu'en Israël."

SOURCE

Charles SCHAETTEL (Conservateur du Musée du Vieux-Château à Laval), extrait de "L'ART NAIF, ENCYCLOPEDIE MONDIALE" (1984)